Le point sur le dragage et la couleur du sable

1. Relance du dragage de la passe d’entrée du port

La drague nécessaire à cette opération a été installée en mer, ainsi que les conduites sur la digue Nord, au niveau terrestre (et non maritime), pour pouvoir draguer plus longtemps sans être gêné par la houle

Un AVURNAV (avertissement urgent de navigation) a été publié afin de recommander aux navigateurs transitant dans le chenal de ralentir et de naviguer avec la plus grande prudence. La drague aspiratrice a pour mission de renvoyer le sable par le biais d’une conduite de refoulement vers un bassin permettant au sable de se déposer sur la plage à recharger. Une fois ce sable asséché, un nivellement sera opéré afin de redonner à la plage sa fonction d’accueil du public.

Ces travaux étaient nécessaires suite au passage de la tempête Gloria en début d’année : la passe d’entrée et la zone d’avant-port du Barcarès avaient été obstruées, rendant complexe la navigation sur cette zone charnière entre les installations portuaires et la mer. La municipalité avait rapidement réagi en créant un canal afin de permettre aux pêcheurs de poursuivre leur activité professionnelle. Interrompues durant le confinement, les opérations de dragage ont pu désormais reprendre.

Rechargement en sable de la plage des Miramars

La plage des Miramars étant actuellement déficitaire en sable du fait d’une érosion récurrente (coups de mer successifs), la SEMOP ILA CATALA Développement prévoit, en accord avec les services de l’État, la municipalité du Barcarès et la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, d’utiliser le sable dragué pour procéder à un rechargement.

Les analyses réalisées attestent qu’il s’agit de sable pur et sain, dont la granulométrie est compatible avec celui de la plage. Ce procédé est préconisé par les services de l’État pour les plages où le déficit sédimentaire est important. La couleur plus foncée s’explique par une dégradation particulière de la matière organique en milieu anaérobie, c’est-à-dire lié au manque d’oxygène présent dans ce sable puisé en profondeur. Il s’agit donc d’un phénomène naturel. « Cela est plus facilement visible dans les mers à fortes marées » explique le professeur Philippe Lenfant, responsable du Centre de Recherche sur les Ecosystèmes Marin (CREM) du Barcarès, « lorsque la mer se retire, après quelques coups de pelle, vous découvrez les sables ou vases noires sans oxygène ».
En surface, l’oxygène présent accélère l’activité biologique et la décomposition des matières organiques avec une couleur beaucoup plus claire. Très rapidement, sous l’action du soleil et des vagues, accélérateurs d’oxydation, et les phénomènes de dilution, le sable reprendra la même couleur que celui déjà présent sur nos plages.

Cet apport a pour objectif de rétablir la plage des Miramars dans sa largeur et de protéger les habitations riveraines de par son rôle tampon.
Très bientôt, en fonction des autorisations préfectorales concernant l’accès au bord de mer, les riverains pourront de nouveau profiter pleinement de leur plage.

2. Pourquoi le sable issu de la drague n’a pas la même couleur

Pour répondre aux nombreuses questions et couper court aux supputations les plus insensées, nous avons questionné les scientifiques, dont le professeur Philippe Lenfant, responsable du Centre de Recherche sur les Ecosystèmes Marins du Barcarès, et voici leurs explications

Les sédiments (sable ou vase) résultent du dépôt de particules fines issues du milieu terrestre via les cours d’eau ou les bassins versants par ruissellement. Cela emporte également de la matière organique plus ou moins en décomposition. Lors des différentes couches d’accumulation qui se superposent, il y a un piégeage. ll faut ensuite prendre en considération ce que l’on appelle le potentiel d’oxydo-réduction.

Tout simplement, proche de la surface, l’oxygène est encore présent, plus on s’enfonce dans le sédiment, plus il diminue avec des conséquences sur l’activité biologique. Le potentiel d’oxydo-réduction (Eh) régnant dans le milieu de dépôt de sédiment agit sur l’intensité de l’activité biologique, sur l’état d’oxydation de certains éléments (fer, manganèse…), sur l’évolution de la matière organique. L’Eh agit sur la nature des espèces vivantes et sur l’abondance des individus. En profondeur, nous sommes en milieu réducteur, pauvre en oxygène (anoxique), la faune est rare, les espèces sont adaptées aux conditions défavorables, les bactéries réductrices contribuent à l’abaissement de l’Eh.

Les minéraux à base de fer sont des oxydes ferriques (Fe+++) en milieu oxydant ; des oxydes, carbonates et sulfures à fer ferreux (Fe++) en milieu réducteur. La couleur du sédiment varie du rouge ou jaune (oxydant) au vert-gris (réducteur). Les restes organiques disparaissent par oxydation pour un Eh>0; ils sont conservés, s’accumulent et sont réduits en carbone en Eh négatif: le sédiment devient noir, car il s’agit des couches les plus profondes. Nous sommes donc face à un phénomène naturel, plus facilement visible dans les mers à marée, lorsque la mer se retire, après quelques coups de pelle, vous découvrez les sables ou vases noires sans oxygène.

Commentaire(s)

commentaires