Cérémonie digne d'un centenaire

Alors que les cloches sonnaient dans toutes les villes et villages de France, elles sonnaient aussi au Barcarès, en ce 11 novembre 2018, un siècle après la déclaration de l’armistice de 1918

Après les diverses manifestations des jours précédents (une dédicace de Henri Roure, une messe organisée par l’UBAC en présence du Père Jean Clavaguera, et une veillée du Souvenir par le Souvenir Français), le défilé du 11 novembre a clôturé en beauté ce programme commémoratif.
La cérémonie ouverte sur un lâcher de colombes, par Patrick Goncalves et son fils Bastien, s’est poursuivie selon les usages, présidée par Loïc Tomissi, conseiller municipal, maître des cérémonies officielles.

Le public s’était déplacé en nombre (élus, délégués de quartier, chefs de service…), et notamment la jeunesse barcarésienne : on remarquait la présence du maire junior, Audrey Baeyens, ainsi que ses adjoints, toujours mobilisés lors des commémorations officielles. Les jeunes se sont succédés sur le devant de la scène, pour le ravivage de la flamme du souvenir (Mélaine, Thomas, Enzo, Bastian), à la lecture de témoignages (Audrey, Zoé, Clara, Justine), mais aussi pour le dépôt de gerbes (Flavie et Chelsea), aux côtés des associations comme l’UBAC, la FNACA, les Anciens Marins, et le Souvenir Français, sans oublier Wesley et Lenny, dignes porte-drapeaux aux côtés de leurs aînés également tous présents.

Parmi eux, la Jeunes Anaïs, avait fait le déplacement avec ses parents depuis Châteauroux (5h de route !), afin de porter le drapeau du centenaire, acquis spécialement par l’UBAC.
Pour compléter ce programme, notre poète, Jean-René Lopez, a délivré son poème commémorant le centenaire de l’armistice :
C’était il y a Cent Ans (Téléchargez le poème).

5 minutes avant le cessez le feu de l’armistice du 11 novembre 1918 ; la voix de notre ténor, Michel Carminati, a accompagné la musique jouée par le Réveil Barcarésien, sur le chant de la Marseillaise et de la Madelon.

Avant de procéder à la lecture du message du président de la République, le maire, Alain Ferrand, à largement remercié tous les participants, et souligné l’importance de cette implication « toutes générations confondues », « pour donner de sens, pour que la mémoire perdure ». Une belle cérémonie qui a marqué les esprits.

Commentaire(s)

commentaires