Le Lydia, unique paquebot ensablé au monde, expose son histoire

Au terme d’une deuxième phase d’importants travaux de réhabilitation réalisés par la municipalité, le Paquebot des Sables a rouvert ses portes au public : la visite permet désormais l’accès au deuxième étage et au musée dédié à l’histoire du célèbre bateau

Depuis le 8 août dernier, ce tout nouveau musée « Paquebot des Sables » raconte l’histoire du vaisseau amiral qui fait la renommée de la ville du Barcarès depuis un demi-siècle. Panneaux historiques, photos d’époque, mais aussi, vaisselle, mobilier, et objets retrouvés lors des travaux de rénovation, permettent aux visiteurs de suivre l’épopée du bateau, de sa création en 1931 dans les chantiers de Burmeister et Wain à Copenhague au Danemark, jusqu’à son arrivée sur la plage du Barcarès le 11 juin 1967, symbole d’une volonté de surprendre et d’innover, impulsée alors par le sénateur Gaston Pams. Devenu bâtiment municipal en 2011, le bateau est rénové chaque année par la ville dans le but de lui redonner son identité première de navire de croisière…

Sa coque a retrouvé ses lignes et sa couleur d’origine, ses ponts en teck sont progressivement remis à jour et de nouveau rendus étanches (calfatage), son poste de pilotage (timonerie) est de nouveau accessible et les instruments d’époque peuvent être observés lors de la visite…Lors de la visite du musée, la partie du pont arrière est désormais ouverte, offrant, un étage en dessous du pont supérieur (également accessible), une vue imprenable sur le grand large, et bien sûr l’Allée des Arts, véritable musée à ciel ouvert classée, classée Label XXème siècle, tout comme le Lydia.
Régulièrement choisi comme lieu de prédilection pour l’organisation de grands événements, comme ce printemps, lors du tournage du prochain film de Jean-Becker, « Le collier rouge », Le Lydia reste en dehors de ces temps forts, la mémoire vivante d’une époque, et le public ne se lasse pas de le re-découvrir à chaque visite.

Grande Plage, sorties 13 ou 14 de la voie rapide – Parking gratuit

Commentaire(s)

commentaires