Projet pilote d’éolien flottant Leucate-Le Barcarès

En marche vers un territoire à énergie positive
Mardi 20 juin 2017, une première réunion du Comité de liaison du projet des éoliennes flottantes de Leucate-Le Barcarès, suivie d’une conférence de presse, s’est tenue en mairie du Barcarès. Organisée à l’initiative des porteurs du projet ENGIE, EDP RENEWABLES, LA CAISSE DES DEPOTS, elle s’est déroulée en présence de tous les acteurs concernés dont les maires des communes impactées, Alain Ferrand pour le Barcarès, Alain Got pour Saint-Laurent de la Salanque et Michel Py pour Leucate

Lancement de la concertation publique

L’objet de ce premier comité de liaison était le lancement d’une concertation en présence de la garante de cette concertation publique, madame Claude Brevan, architecte DPLG, Présidente de la CPDP (Commission Particulière du Débat Public)°, Inspectrice générale honoraire de la Construction à la CNDP (Commission Nationale du Débat Public). Cette dernière qui a précédemment suivi des projets de plus grande envergure, a rappelé que sa mission était de « garantir l’accès du public à une information claire et sincère, de veiller à la possibilité pour chacun de s’exprimer, et de s’assurer que les questions posées par le public reçoivent des réponses dans des délais acceptables. Je ne donne pas d’avis, ce sont les commissions d’enquête qui servent à ça.»

Ce comité de liaison a permis à chacun d’exprimer son opinion sur l’installation de 4 éoliennes flottantes à 16 km au large (cf. article Ecoute 122), un projet innovant qui mettra en avant le savoir-faire français. Pour Alain Got, maire de Saint-Laurent de la Salanque, il reste encore beaucoup d’interrogations sur le tracé de raccordement électrique qui se fera sur sa commune. Le maire du Barcarès, Alain Ferrand, tout en rappelant l’engagement de la municipalité dans une politique de développement durable tournée vers la mer, a souligné que cette technologie de pointe serait un atout pour développer du « tourisme intelligent ». Mais il a aussi, de concert avec le maire de Leucate, Michel Py, rappelé que la vocation première de notre territoire était avant tout touristique, et que l’impact visuel des éoliennes sur la ligne d’horizon devrait être minime. Des études préliminaires, qui seront soumises à avis lors des réunions publique, seront finalisées en septembre et présentées lors d’une dernière réunion de synthèse. Mais à 16 km du rivage, les 170 mètre de hauteur totale des éoliennes (pale comprise) devraient se réduire à la taille d’une « tête d’allumette », pour reprendre les mots de Jean-Mathieu Kolb, Directeur du projet.

Concilier écologie et économie

Même si déjà plus 140 réunions ont été tenues, notamment avec les services de l’Etat, les acteurs locaux ont bien fait entendre qu’ils souhaitaient désormais partie intégrante des discussions.
Pour Philippe Lenfant, directeur du CREM, ou encore Francine Bouscail (Université de Perpignan) les impacts sur la qualité de l’eau et sur les habitudes des poissons seront à suivre de près. « La chance est de disposer au Barcarès d’un Centre de Recherche sur les Ecosystèmes Marins » précisait le professeur Philippe Lenfant, « parce que nous disposons déjà de plus de 25 ans de données sur le territoire. » Les villes du Barcarès et de Leucate ont été précurseurs sur l’installation de récifs artificiels en mer. Les structures immergées des éoliennes vont d’ailleurs très certainement bénéficier à la biodiversité marine, en étant rapidement transformées en habitat pour les juvéniles. Pour les professionnels de la pêche, représentés notamment par Marc Planas, président du Comité des pêches du Languedoc Roussillon et adjoint au maire du Barcarès, la concertation est indispensable. Elle l’est aussi pour Michel Moly, président du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion, qui a rappelé que le Parc restera vigilant sur tous ces sujets. La vice-présidente de la Région Occitanie en charge de la Transition écologique et énergétique, Agnès Langevi, a pour sa part souligné que la Région avait investi à hauteur de 21 millions d’euros dans cette première phase, notamment pour permettre l’équipement du port de Port la Nouvelle où seront réalisées les éoliennes avant leur remorquage en mer. Les enjeux économiques autour de cette ferme pilote de 4 éoliennes flottantes sont donc de taille : une expérimentation qui devrait permettre non seulement de produire de l’énergie verte, mais aussi de développer la filière Energie Marine Renouvelable en France, en Europe et à l’international.

Prochaines étapes

Projet pilote d’éolien flottant Leucate-Le Barcarès

La période de concertation durera 3 mois, du 27 juin au 25 septembre 2017. Après la réunion publique du 5 juillet au Barcarès (Auditorium de la Maison des Associations), es ateliers thématiques suivront à l’Office de Tourisme du Lydia : Mardi 25 juillet, 16h-18h ; Jeudi 17 aout : 10h-12h ; et deux autres en septembre. Les thèmes suivants seront abordés : environnement, biodiversité, activités nautiques, développement économique, tourisme et paysage… Au terme des 3 mois de consultation, madame Claude Brevan, garante de la consultation, rédigera un compte rendu qui sera joint aux dossiers lors des démarches administratives de demandes d’autorisations.
Un registre et une urne où déposer vos suggestions seront à la disposition du public tout au long de ces 3 mois. Ils seront au Lydia cet été, puis en mairie à partir de septembre.


Tous les documents inhérents au projet sont en accès libre sur le site web : www.info-efgl.fr

Commentaire(s)

commentaires