Festival Méditerranéen du Polar et de l’Aventure : une deuxième édition particulièrement réussie

Placée sous le signe de l’aventure des pionniers de l’aéropostale, le festival a accueilli cette année Patrick Poivre d’Arvor, célèbre présentateur du journal de 20h, journaliste et écrivain

Des bancs de la liberté face à l’étang

Le festival a été l’occasion d’inaugurer le nouveau square Antoine de Saint-Exupéry, au bout du Bouvard des Hébrides, à la Coudalère. En fin de matinée, ce nouvel espace dédié à la lecture et à la création littéraire a été dévoilé, en présence de Pierre-Jean Meurisse, président de l’association des Bancs de la Liberté, Claire Conte, présidente du collège des familles de pionniers de la Ligne, Patrick Poivre d’Arvor, parrain de la seconde édition du festival, Alain Got, maire de Saint Laurent de la Salanque et Alain Ferrand, maire du Barcarès. De nombreux barcarésiens étaient présents et ce fut un hommage particulier à tous les pilotes qui ont décollé de la base Latécoère, située sur l’étang dans les années 20, parmi lesquels on trouvait des noms aussi prestigieux que Mermoz et Saint-Exupéry.

Une conférence « autour de Saint-Exupéry » très suivie

Après l’ouverture du festival, sur le Lydia, Patrick Poivre d’Arvor a présenté son dernier livre, « Saint-Exupéry, le cartable aux souvenirs » et a évoqué, plus de deux heures durant, la vie de l’écrivain-pilote. Le public très nombreux a pu apprécier les nombreuses anecdotes qui ont émaillé les propos de Patrick Poivre d’Arvor, ainsi que les interventions de Louis Bassères, spécialiste de l’histoire de la base d’essais Latécoère de Saint-Laurent de la Salanque, de François Blanc, journaliste aéronautique et Philippe Latger, président du festival Art-Déco de Perpignan. Animée par André Bonet, président du Centre Méditerranéen de Littérature, la conférence s’est terminée par une séance de dédicaces durant laquelle les très nombreux lecteurs ont pu échanger avec Patrick Poivre d’Arvor.

Des auteurs à l’écoute de leurs lecteurs

Une belle programmation pour cette édition 2017 avec des grands noms du polar, comme Catherine Fradier, Nicolas Beuglet, qui présentait son dernier roman, « le cri » ou encore Pierre Pouchairet, lauréat 2017 du prix du Quai des Orfèvres. Des auteurs de renommée aussi dans le genre « Fantasy », avec Lionel Davoust, Laurent Whale, et Fabrice Pittet, qui a reçu le premier prix du Récit Fantasy cette année. On pouvait aussi noter la présence de Cyril Massaroto, Gilles Vincent, François-Henry Soulié, Aro Saint de la Maza, Damien Leban ….. En tout une quarantaine d’auteurs qui ont pris plaisir, lors de ces deux journées, à présenter leurs livres, échanger avec le public et confronter leurs opinions lors des débats d’auteurs.

Le prix du Récit Fantasy décerné pour la première fois

C’est Fabrice Pittet qui obtient le Premier Prix du Récit Fantasy pour son mini-roman « le dernier bastion ». Outre le trophée remis par Olivier Lusetti, de la maison d’édition « Fantasy-Editions RCL », Fabrice Pittet a reçu des mains de Marie Duffaud, adjointe déléguée à la culture un chèque de 350 euros. Les autres auteurs sélectionnés par le jury ont pu voir leurs mini-romans publiés dans un recueil intitulé « L’ailleurs est ici : les rituels ».

Une « Mortelle Soirée » sous le signe des années 30

Le samedi soir, une soixantaine de « Sherlock Holmes » en herbe se sont retrouvé à bord du Lydia pour élucider le meurtre de Raoul Delamarre, riche industriel français abattu dans sa cabine. C’était bien sûr un jeu d’enquête grandeur nature ! Les participants, habillés à la mode des années 30, ont passé une soirée captivante ponctuée de recherche d’indices sur la scène de crime ou d’interrogatoires des potentiels suspects. Chacun a pu donner sa version des faits et les plus perspicaces sont repartis avec un diplôme d’enquêteur en bonne et due forme !

Après avoir mis à l’honneur les aventuriers de l’aéropostale, l’édition 2018 du festival se concentrera sur le Quai des Orfèvres, célèbre siège de la Direction Régionale de la Police Judiciaire de la Préfecture de Paris, qui décerne chaque année un prix prestigieux aux meilleurs auteurs de polars. Avis aux amateurs, le « 36 » a rendez-vous sur le Lydia le deuxième weekend de juin !

Commentaire(s)

commentaires